Amicale de l’Offshore Pétrolier

Accueil > Médias > Revues de presse > Hisse the boat jack

mardi 30 octobre 2012, par Raphaël Devillers

Hisse the boat jack

Par Olivier Chapuis
Posté le 30/10/2012

JPEG - 92.2 ko
Pacific Orca
Hisse the boat jack

Maman les p’tits bateaux qui vont sur l’eau ont-ils des jambes ? Mais oui et je m’arrête là pour ne traiter personne de gros bêta. Le jour où vous croiserez ce navire monté sur échasses au-dessus de la mer, vous ne rêverez pas. Le Pacific Orca est le plus grand poseur d’éoliennes au monde et on le verra peut-être un jour ou l’autre dans les eaux françaises.

Lancé fin juillet chez Samsung Heavy Industries (Corée du Sud), ce bâtiment est donc de type “ jack-up ”, c’est-à-dire auto-élévateur à la manière des plateformes pétrolières ou des structures sur vérins. Long de 161 mètres, large de 49 mètres et immatriculé à Chypre, il appartient à la compagnie singapourienne Swire Pacific Offshore (SPO) qui l’emploie via sa filiale Swire Blue Ocean (SBO). Celle-ci l’avait commandé deux ans auparavant, constatant l’essor du marché de l’éolien en mer.

JPEG - 117.4 ko
Avec ses immenses superstructures – six pieds et une grue -, le Pacific Orca navigue à 10 nœuds en vitesse de croisière et à 13 nœuds en pointe. (© Samsung Heavy Industries)

Arrivé au Danemark le 28 octobre, il va d’abord être utilisé pour la société DONG Energy sur une ferme allemande de la mer Baltique. Capable de mettre en place à chaque rotation douze éoliennes d’une puissance unitaire de 3,6 MW, ce navire doté d’un positionnement dynamique est équipé de six pieds qui sont posés au fond de l’eau afin de stabiliser la plateforme et de l’élever jusqu’à dix-sept mètres au dessus de la surface.

JPEG - 81.3 ko
Cette vue d’artiste illustre le spectacle étonnant que les navigateurs de la Baltique vont observer dans quelques jours. (© Swire Blue Ocean)

Avec sa grue d’une capacité de 1 200 tonnes, l’installation des fondations peut se faire à 60 mètres de profondeur, un record à l’heure actuelle. Cent onze personnes vivent et travaillent à bord lors d’un chantier pouvant supporter des conditions météo jusqu’à 38 noeuds de vent et une mer totale de 2,50 mètres. Ah, j’allais oublier. L’échassier déplace quand même plus de 13 000 tonnes, de quoi gentiment charger ses six pattes.